Conclusion

  

              Le four à micro-onde, ustensile de tous les foyers, fonctionne selon une activité chimique. Si ce fonctionnement est souvent méconnu, il n'est pourtant pas difficile de le comprendre. C'est l'agitation moléculaire de l'eau contenue dans les aliments qui permet leur réchauffement presque instantané. Cette agitation moléculaire est produite par l'introduction d'ondes d'une fréquence approximativement égale à 2,5GHtz dans le boîtier du four. Elles sont délivrées par le magnétron, générateur à l'origine même de cet appareil électroménager, dont les oscillations crée des ondes électromagnétiques.

               Cependant, si l'intérêt de ses utilisateurs n'est que très rarement porté sur la façon dont il fonctionne, ces derniers se questionnent de plus en plus quant à la nocivité de cet appareil sur les aliments et sur leur propre organisme. Or, les réponses scientifiques apportées à ces questions n'ont révélé aucun risque de cancer, de perte nutritionnelles des aliments ou de génération de sous produits toxiques dus aux ondes. Seule la cuisson d'aliments dans des récipients en plastique peut présenter un danger pour l'organisme. Enfin, la cuisson par micro-ondes n'élimine pas autant de microbes qu'un mode de cuisson traditionnelle, mais c'est plus le réchauffement hétérogène des aliments qui peut provoquer une gène chez les utilisateurs. Il est toujours difficile cependant d'affirmer que la nocivité du micro-onde est inexistante, mais des expériences scientifiques nous permettent toutefois d'avancer qu'elle est moindre.

Nous esperons vous avoir éclairé sur les propriétés de cet élément éléctroménager aujourd'hui devenu indispensable à la vie de certains ménages ainsi que sur les réponses aux inquiétudes que ses effets génèrent.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site